Nature

Zoom sur le caracal : ce roi du saut en hauteur

Vedette de l’un des dessins animés favoris des enfants, le caracal semble être sorti de la légende. C’est une espèce féline qui fait penser à un chat sauvage par sa physionomie. Il évolue dans les zones sèches d’Afrique Austral et d’Afrique de l’Est, mais on peut le trouver en nombre moins important dans certaines régions du Moyen-Orient. Le caracal arbore un joli pelage fauve virant au roux ou au jaune, mais certains spécimens l’ont en noir.

Le caracal, contrairement aux autres félidés, n’a pas une taille si importante, il mesure en moyenne 105 centimètres pour un mâle et 103 centimètres en moyenne pour une femelle. Sa hauteur est estimée entre 38 et 50 centimètres au garrot. Le caracal mâle pèse environ 13 kg et atteint les 20 kg pour certains individus tandis que le poids de la femelle ne dépasse pas les 15 kg. Le caracal est reconnu pour sa capacité à faire des sauts verticaux impressionnants pouvant atteindre les 3 mètres. Le caracal peut vivre 12 ans en moyenne dans la nature, mais les individus qui bénéficient des soins particuliers dans des milieux protégés peuvent vivre jusqu’à 20 ans.

Le caracal, le sauteur invétéré

Le caracal est un animal vivant en solitaire, rarement, on peut le voir en couple, mais c’est seulement pendant la période de reproduction. Pour atteindre une certaine hauteur, il se propulse à l’aide de ses pattes, ce qui lui a valu également la capacité de saisir ses proies seulement en deux bonds. En grand carnivore, le caracal chasse pendant la nuit. Il n’a pas de préférence particulière sur le type de viande, il arrive à chasser des rongeurs, des lièvres, des singes, des petites antilopes grâce à sa vue, mais aussi à son ouïe très développée. Le caracal arrive même à saisir un oiseau en vol comme il peut sauter sur une autruche au repos. Le caracal peut déchiqueter ses proies avec ses griffes bien aiguisées, il garde le reste bien caché dans les arbres.

Le caracal est un grand chasseur, cependant, il pourra aussi en faire l’objet. En effet, les principaux prédateurs du caracal sont les grands félins, en l’occurrence le lion, le guépard et le léopard. Il peut être également poursuivi par des canidés tels que le loup et la hyène. Le caracal marque son territoire avec son urine. C’est un animal qui ronronne, comme le chat, quand il se sent décontracté, et émet différents miaulements dans d’autres occasions. Il concentre ses activités la nuit, et préfère passer sa journée bien à l’abri dans des grottes ou dans des trous découverts sur son passage.

À sa maturité, qui se situe entre 7 à 12 mois pour les femelles et entre 9 à 14 mois chez les mâles, le caracal entame ses premières expériences sexuelles. Pendant que la jeune maman porte son ou ses petits, le mâle laisse la femelle gérer seule sa gestation, cette période dure environ 70 à 80 jours. Les petits félins sont allaités par leur mère pendant 4 mois, mais ils sont nourris en viande dès leur sixième semaine. Ils restent avec leur mère qui leur apprend les notions de survie et de la chasse. C’est à leur 10ème mois qu’ils coupent le cordon ombilical avec leur mère et vont se débrouiller seuls.

La chasse du caracal est interdite

Le caracal apprécie particulièrement les zones arides et rocailleuses, mais ils peuvent aussi se rendre dans les forêts humides et en altitude dans les régions montagneuses. Le caracal est une espèce qui ne fait pas encore l’objet de grandes mesures pour faire l’objet de mesures draconiennes, toutefois, l’interdiction de le chasser est effective. En effet, le caracal est chassé par la population environnante à cause de leur prédilection pour les jeunes ovins et les animaux domestiques.

L’UICN l’inscrit dans la liste des animaux à préoccupation mineure. Toutefois, le caracal, comme d’autres animaux sauvages, sont menacés de perdre leur habitat. La population africaine de caracal perd de plus en plus de ses zones d’habitat avec la désertification avancée, le caracal est aussi chassé pour en faire des trophées. Celle de l’Asie commence également à voir ses milieux réduits et les espèces vivant en Iran sont menacées par les conflits humains et la raréfaction des proies.

Le caracal, une beauté fascinante

Généralement méconnu, le caracal est toutefois une espèce qui mérite d’être découverte. C’est un animal d’une grande beauté, avec un port de tête majestueux et surtout avec une endurance surprenante. Il vit dans des zones peu accessibles, ce qui rend difficile l’occasion de le rencontrer. Heureusement, il est possible de l’observer en toute sécurité dans un parc qui a reproduit exactement son milieu naturel.

Ce cousin du serval et du chat doré affiche un charme inégal avec ses oreilles bien dressées, rehaussées de pinceaux de poils noirs. Il ne faut pas non plus rater ses étirements et ses sauts impressionnants.